Comment payer son séjour en EMS ?

Dernière mise à jour : 13 juil.

Entre CHF 192.- et CHF 263.-, c’est le prix d’une journée en EMS à charge du résidant. Si de premier abord, cette somme semble onéreuse, elle suffit bien souvent à couvrir uniquement les charges d’exploitation.






Que paye vraiment les résidants ?


Dans le canton de Genève, la part la plus importante directement assumée par les résidants concerne le forfait socio-hôtelier (aussi appelé prix de pension). La grande majorité des prestations de soins sont quant à elles prises en charge par l’assurance maladie (LAMal) et l’Etat, une contribution de CHF 8.- par jour est demandée à chaque résidant à cet usage.


Le prix de pension est l’ensemble des prestations autres que les soins, indispensables au bon fonctionnement d’un EMS. Elles comprennent : le service de restauration, la blanchisserie, l’entretien des chambres et des locaux, les activités mises en place par l’animation, la gestion administrative des dossiers des pensionnaires ainsi que la maintenance des équipements techniques. En synergie avec les soins, tous ces services visent à offrir des prestations de qualité aux résidants accueillis.


Dans une moindre mesure, les prestations supplémentaires, absentes du forfait socio-hôtelier de base, viennent compléter ce triptyque. Facturées en supplément, elles regroupent toutes les prestations susceptibles d’améliorer le confort de chaque résidant (coiffeur, pédicure, chauffeur privé, abonnement de téléphone). Dans certains cas, elles peuvent être prises en charge par l’assurance maladie ou les régimes sociaux.

Comment payer ?


Afin de payer cet ensemble de prestations, les résidants doivent utiliser leurs ressources, c’est à dire : leurs rentes (AVS, allocation pour impotence, 2ème pilier), leur fortune ainsi que les éventuels intérêts de cette dernière. La fortune ? c’est tout simplement l’ensemble des biens mobiliers (argent liquide, avoir en banque) et immobiliers (immeubles, terrains, parts en copropriété).


Dès lors se pose la question : doit-on consacrer l’intégralité de sa fortune pour régler son séjour en EMS ? Pas nécessairement. Une part de la fortune doit être entamée chaque année à cet usage si elle excède CHF 30'000.- pour une personne seule ou CHF 50'000.- pour un couple. Au-deçà de ces montants, la somme est entièrement à la disposition du bénéficiaire.


une donation perçue par un proche sans contrepartie équivalente est considérée comme appartenant au propriétaire d’origine

Si les enfants ne sont pas mis à contribution pour financer le séjour de leurs parents, une donation perçue par un proche sans contrepartie équivalente est considérée comme appartenant au propriétaire d’origine. Par conséquent, cette somme sera prise en compte comme partie intégrante de la fortune du résidant. Une déduction annuelle de 10'000.- est appliquée (abattement) dès la deuxième année qui suit celle au cours de laquelle la donation a été faite.

Des aident existent


Pour la grande majorité des pensionnaires, entrer en EMS représente un investissement conséquent, le prix de pension outrepassant souvent les ressources à disposition. Pour les bénéficiaires de l’AVS qui ne pourraient s’acquitter du montant du séjour dans son intégralité, des aides publiques dont les prestations complémentaires à l’AVS (PC) et l’allocation pour impotent existent.


Dans tous les cas, il est fortement recommandé de faire une demande auprès du Service des prestations complémentaires (SPC), notre secrétariat social peut vous appuyer dans vos démarches

Les prestations complémentaires (PC)


Les prestations complémentaires sont la forme la plus répandue. Elles interviennent lorsque les ressources ne sont pas suffisantes pour combler les besoins vitaux des résidants. C’est en comparant l’ensemble des ressources aux coûts de l’EMS que le Service des prestations complémentaires (SPC) établit le montant octroyé pour chaque année.


Les bénéficiaires des prestations complémentaires ont aussi droit à un forfait pour dépenses personnelles d’un montant de CHF 300.- qui leur est versé tous les mois. Cette somme, entièrement consacrée à leur usage personnel, sert souvent à couvrir les prestations supplémentaires exposées précédemment, non incluses dans le forfait socio-hôtelier de base.


L’allocation pour impotent


Toute personne assurée et tributaire de l’aide d’autrui afin d’accomplir des actes ordinaires de la vie : s’habiller, se nourrir, faire sa toilette ; peut également prétendre à l’allocation pour impotent. La somme octroyée à titre individuelle (selon le degré d’invalidité) sera alors comptabilisée au même titre que les ressources dans le calcul des prestations.


Tant qu’une part de la fortune personnelle est consacrée au payement du séjour facturé par l’EMS, être propriétaire n’est pas incompatible avec l’obtention de ces aides. Dans tous les cas, il est fortement recommandé de faire une demande auprès du Service des prestations complémentaires (SPC), notre secrétariat social peut vous appuyer dans vos démarches.



Préserver la qualité du service au meilleur prix


La présence permanente d’un personnel qualifié veillant au bien-être des résidants, en particulier pour les personnes âgées nécessitant des soins spécifiques, représente une lourde charge financière. Dans le canton de Genève, la présence d’un-e infirmier-ère 24h/24 et 365 jours par an est une obligation.


Toutes professions confondues, on estime qu’un EMS compte en moyenne autant de membres du personnel que de résidants. A cet égard, les EMS genevois ne peuvent se réduire à un simple fournisseur de prestations hôtelières, la totalité de ces établissements étant à but non-lucratif. Lorsqu’une marge est dégagée l’argent est totalement réinvesti au bénéfice des résidants.